Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Ras le c... des pubs qui pourrissent notre joli blog,

téléchargez Adblok.

stop-pub mxoz30

Sur Facebook

Archives

Les extras du Foutou'Art

foutou-artTV1.jpg

 

foutouartbd

 

BD CRUCIFIX PARTIE3L

 

bd1bis

 

9 septembre 2013 1 09 /09 /septembre /2013 12:57

 

 

Mandarin2.jpg

 

En 2012, Sophie Perrin, salariée en reprise d’études à Lyon 2 depuis 2006, a été condamnée à deux mois de prison en sursis mise à l’épreuve durant 18 mois, avec obligation de soins psychiatriques, l’expert ayant diagnostiqué un « délire de persécution » dont « la dimension revendicative et de combat est évidente » (sic).

 

Interdite, par ailleurs, de tout accès aux campus de Lyon 2 depuis fin novembre 2010 par arrêtés du président de cette université, c’est après deux ans et demi de cette exclusion physique que Sophie peut de nouveau y venir.

Ce, car ces arrêtés ont été annulés en appel par le tribunal administratif, le 7 mai 2013, en reconnaissance de l’illégalité caractérisée de leur mise en œuvre (non respect du contradictoire).

 

Cette situation infligée à Sophie Perrin constitue un précédent au sein du monde universitaire lyonnais.

 

 

Pourquoi ? Rappel des faits.

 

 

En juin 2010, Sophie, salariée en reprise d’études, et par ailleurs élue syndicale en Conseil de faculté à la date de son éviction, soutient son mémoire de recherche en anthropologie noté 18/20 et qui sera de surcroît primé par la CNAF : elle obtient son master 2 (DEA) d’anthropologie, mention très bien. Contre toute attente, elle est évincée de l'accès en thèse dans sa faculté.

 

C’est la protestation de Sophie contre cette injustice, par voie de mails et d'affiches citant des extraits de ses travaux en les reliant à l'actualité, que la direction de l'université d’alors va tenter de faire taire. D'abord par une censure (illégale) de ces mails. En la décrivant constamment comme « folle » « violente » « menaçante » « harcelante ». En la poussant à bout. Puis par un arrêté d'interdiction d'accès à l'université. Par une suggestion au maire de Lyon d’utiliser ses prérogatives d'hospitalisation psychiatrique d'office. Et enfin, par la constitution d'un volumineux dossier pénal pour « harcèlement moral » envers l’université Lyon 2 et ses membres. Tout cela pour renverser les responsabilités, tenter de la décrédibiliser, la faire taire.

 

De ce volumineux dossier, restent finalement 4 smset un appel téléphonique adressés à son ex-codirectrice de mémoire de master 2, que Sophie a confirmé avoir effectués. Et présentés par l’université comme preuve indubitable de sa « volonté de nuire ».

 

De manière structurelle, c’est l’absence de recours, de réels contre-pouvoirs institutionnels au sein de l’Université d’aujourd’hui, qui conduisent à cette normalisation des abus de pouvoir. Il suffit en fait de la décision unilatérale d’un.e responsable, pour qu’un.e étudiant.e lambda soit mis.e à l’index. Et considéré.e, s’il.elle conteste cette décision arbitraire, comme le.la réel fauteur de trouble.

 

Sophie est fonctionnaireet risque donc la révocation en cas de condamnation pénale définitive. Ce, pour avoir voulu défendre son droit à continuer son travail de recherche sur un thème peu étudié en sciences sociales : son projet de thèse s’intitulait « l’inceste, entre impunité et luttes pour la reconnaissance ».

 

 

Rassemblement en soutien, jeudi 12 septembre,
12h45 – 16h au Palais des 24 colonnes

(St Jean, 69005 Lyon) !

 

 

Signataires : CGT éduc’action Rhône, OC-FR, LDH Rhône, CE Lyon, SUD éducation Rhône, CGA groupe de Lyon, SUD tra­vail UT 69, CGT Vinatier, Ni putes ni sou­mi­ses


Partager cet article

Repost 0
Published by foutou'art - dans Articles et Brèves
commenter cet article

commentaires

Sophie Perrin 12/09/2013 21:44

Bonjour,

C'est quand même bizarre de défendre l'absence de droit pour les étudiant.e.s à entrer en thèse...c'est sûr, le recrutement en doctorat à la tête du client, c'est mieux que le recrutement en
doctorat sur critères de mérite (c'est à dire des meilleures compétences).

Et j'ajoute, en outre, concernant le doctorat qui n'est pas qu'une professionnalisation (où la meilleure compétence doit être choisie, parce que meilleur est le professionnel, meilleur est le
travail réalisé), mais aussi un accès à la Culture (qui est un bien commun), que ce n'est pas même le critère du mérite, qu'il faudrait appliquer, mais celui de l'accès large, avec un droit
effectif à faire un doctorat assuré à tou.te.s ceux.celles qui ont acquis le niveau pour y entrer, et ont la volonté de s'engager dans cette entreprise de construction d'une recherche.

Autre chose : il y a deux signataires supplémentaires à ajouter in fine à l'appel ci-dessus, SUD travail UT 69 et la CGT Vinatier.

leboutdutoit 11/09/2013 10:30

petite question : un 18/20 en master vaut-il l'admission automatique en thèse? Dans ce cas, je comprends la revendication. Si non, je la comprends moins. En d'autres termes, est-ce qu'il y a un
droit à "continuer son travail de recherche à l'université", et ce droit est-il légitime?

Evénements

Nous participons à l'exposition Love and Peace, organisée par le mouvement Respublica, à la galerie l'Antre de monde (40, rue Estelle, escalier du Cours Julien, Marseille), jusqu'au 31 janvier.

Le vernissage aura lieu le samedi 10 janvier à partir de 19 h.

 

 

Dernier numéro sorti

 

couvprostitution

  Soutenez nous,

faites nous un don !!

 

paypal.JPG

Les auteurs

Amar-B-jpg

Autoportrait---Besot.jpg

CPDP

 

DUCKlogo

20111027133754tête emma

autoportrait

autoportrait1.jpg