Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

Ras le c... des pubs qui pourrissent notre joli blog,

téléchargez Adblok.

stop-pub mxoz30

Sur Facebook

Archives

Les extras du Foutou'Art

foutou-artTV1.jpg

 

foutouartbd

 

BD CRUCIFIX PARTIE3L

 

bd1bis

 

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 15:37

Une conférence-débat qui s’est en fait transformé en meeting  du Parti de Gauche.

 

Vendredi 28 janvier, la Maison du Peuple a reçu avec honneur le co-président du Parti de Gauche, venu pour animer une conférence-débat sur le thème  « République et citoyenneté ». Bonne intention que de venir débattre avec le vrai peuple. C’était en réalité plus un meeting en faveur de son parti qu’un échange avec les citoyens. De débat il n’y en a pas eu vraiment. Quelques personnes ont pu poser des questions à la fin de sa conférence, auxquelles il a répondu. Les gens étaient surtout venus pour l’écouter. La salle d'ailleurs laissait présager un meeting : pas de chaise en cercle, que des rangées. Comment voulez-vous débattre si chacun se tourne le dos et ne regarde qu'un seul homme. Après une étrange conférence de presse au comptoir du bar, le tribun s’élance avec passion vers son pupitre. Il s’adresse à la salle en disant « les gens », « les amis ». Il séduit l’auditoire avec un discours critique et plein d’humour. Il se met à leur place et montre qu’il les comprend. Il veut être proche du peuple. Des idées qui rompent avec les politiques actuelles et qui séduisent beaucoup. En témoignent les nombreux applaudissements durant le discours. Dehors, à la pause clope à la fin de la conférence, les avis sont partagés. Il y a ceux qui sont convaincus, ceux qui jugeront aux actes, d’autres méfiants. Une chose met tout le monde d’accord : « Il parle bien en tout cas ». Il sait s’adresser au peuple car c’est lui qu’il vise. N’empêche que au lieu de boire une bière avec les mecs du comptoir, c’est aux journalistes qu’il accorde quelques mots privilégiés. Drôle de personnage dira-t-on...

 

le tribun2ZEBRA

 

Vidéos piquées sur le site FREE-LANDZ de notre poto Sylvain O 

 

 


 

 

 

 

melenchon-venere.jpg

  ZEBRA


Mélenchon, …bah je l’ai trouvé un peu con …

 

Au départ j’étais très enthousiaste d’écrire ce petit papier sur le meeting du grand gourou du Parti de Gauche, Jean Luc Mélenchon; mais après avoir été traité comme un mal propre par lui-même, je vais en profiter de la liberté de la ligne éditoriale de Foutou’art pour le trasher un ptit peu.

Le 19 mars 2010 Jean Luc Mélenchon se prend de bec avec un étudiant journaliste et le traite de « petite cervelle ». Tout à son profit car en pleine période d’élection régionale il crée un buzz énorme sur la toile et ainsi accroit sa notoriété. 
Sa critique des médias n’est pas idiote, il pointe du doigt les liens du pouvoir et de l’appareil médiatique. De ce côté, je trouve qu’il a entièrement raison et se démarque complètement de Nicolas Sarkozy.

Je tiens à dire que je suis d’accord avec de nombreuses idées qui ont été énumérées par le leader du Parti de Gauche :
-appel à la désobéissance civile contre l’entité capitaliste
-encouragement de la révolution Tunisienne
-partage des richesses
-retour à la souveraineté populaire
-rupture avec le traité de Lisbonne
-régularisation massive des travailleurs sans papiers
-faire sortir la France de l’OTAN

 

QUOI


Dès son arrivée nous lui avons expliqué que nous étions des journaux alternatifs et indépendants. Nous voulions tout simplement retranscrire objectivement l’événement pour Foutou’art et Free-Landz. Ce qu’il m’a répondu a été « la presse alter ou pas, j’en ai par-dessus la tête.. », il n’a pas voulu que l’on l’interviewe. Par contre il n’a pas dit non pour être interviewé par TLM, le progrès, et les autres médias complices du pouvoir local, toujours en affirmant « oui, je n‘aime pas les médias ». A l’inverse, il n’a fait que m’envoyer chier et me pointer du doigt par ce que je filmais. C’est quand il m’a dit « quoi qu’est-ce qui a » que j’ai failli lui mettre un gnon …mais je l’ai pris avec le sourire.melanchon

C’est quand même facile de s’acharner sur un mec qui ne fais pas parti du monde politico-médiatique pour rassasier son ego et jouer son rôle très médiatique de grand rebelle des médias.
J’aurai été un ptit connard de droite, à la rigueur…
Un homme politique sait qu’il est en même temps un homme public, je ne vois pas ce qu’il y avait de mal à filmer ce moment précis où il était entrain de répondre aux journalistes très institutionnels; peut-être que c’est le côté alter qui l’a dérangé ??
Je le soupçonne plutôt d’avoir profiter de mon côté néophite pour chercher à me déstabiliser et recréer le « BUZZ » comme en 2010 dans un but électoral.

Je trouve cette méthode à chier !! En quoi un tel comportement est-il bon pour la révolution citoyenne ?? Envoyer chier de jeunes personnes, sans chercher à savoir qui elles sont, et quelles sont les motivations de leur présence, c’est complètement con de sa part. Surtout que ce n’est pas la première fois que Foutou’art a des soucis avec lui. Par contre il n’a pas hésité une seconde à lécher les bottes du grand pote à Nicolas Sarkozy, Michel Drucker sur le plateau de vivement dimanche. Qu’il arrête avec sa contradiction à la con, où qu’il se mette à critiquer les vrais connards de la Presse, comme ce qu’il avait commencé à faire avec David Pujadas….Qu’il arrête également d'emmerder les gens qui sont peut-être là comme lui pour faire bouger les choses. Allez souhaitons lui bonne chance pour la présidentielle, son programme semble tout de même bien ancré à gauche.

 

Le caméraman

Repost 0
Published by foutou'art - dans Reportages
commenter cet article
28 janvier 2011 5 28 /01 /janvier /2011 11:16

 

 

Indignation, travaux pratiques


 

Une dernière chose à propos de l'indignation. Notre problème, Messieurs les Sérieux Intelligents, c'est l'opposition de la raison et de l'affect, non ?


Il faudra m'expliquer comment des choses comme le progrès, le dépassement de soi, la remise en question d'un système peuvent se passer de l'affect. Il est à parier qu'au dernier trimestre 1788, peu de gens dans la noblesse la bourgeoisie pensaient que l'ancien régime était susceptible d'être dépassé. Ou qu'en novembre 2010 QUI QUE CE SOIT d'un côté ou de l'autre de la Méditerranée aurait parié sur la chute de Ben Ali.


Il ne faut jamais oublier la raison est un moyen et non une fin. Sinon elle a le fâcheux effet de créer de l'immobilisme. On a beaucoup entendu ces derniers temps que la tolérance de la France à l'égard des dictateurs au Maghreb et eu Moyen-Orient étaient basés sur le fait que ceux-ci étaient un gage de stabilité dans les régions concernées. Ah, science sans conscience, toujours le vieil adage... Car comment croire une seconde qu'à long terme le grand méchant loup islamiste puisse être maintenu hors d'état de nuire par des régimes étouffant les libertés et réduisant leur peuple à la misère, alors même que c'est dans le terreau de cette misère et de cette frustration que poussent le mieux les extrémismes ?


La raison sans l'affect ne crée pas seulement de l'injustice, elle crée aussi de l'aveuglement. Et finit par amener des situations encore plus graves que celles qu'on cherchait à éviter. Et pour tous renseignement concernant ce qui arrive au mec qui croit savoir, je vous renvoie à Sophocle.


Ah mais.


 

B. J. A. Stroheim

Repost 0
Published by foutou'art - dans Articles et Brèves
commenter cet article
16 janvier 2011 7 16 /01 /janvier /2011 21:22

Saint Hessel

 

Le Point sur Stéphane 

 

Donc, hein, Stéphane Hessel, 93 ans, Indignez-vous,  éditions Indigènes, 600 000 exemplaires vendus, 9 rééditions, 13 pages de texte. C'est toujours une bonne nouvelle pour l'édition indépendante, et il y aurait fort à dire sur le ras-le-bol généralisé que traduit le phénomène.

 

Et, bon, le succès éditorial aidant, le petit manifeste ne cesse du buzzer et de rebuzzer, de chats en émissions de variétés, et le phénomène a commencé à provoquer çà et là de molles polémiques.  Boris Cyrulnik conidère que "l'indignation est le premier temps de l'engagement aveugle", Pierre Assouline déplore le manque de fond de l'ouvrage et n'est pas loin de ressortir le truc du relent antisémite dans l'engagement pro-palestinien d'Hessel. Quant à Jean-Michel Apathie, qui ne croit décidément qu'aux chiffres, il a du mal à réprimer une moue méprisante dès qu'il reprend le mot d'indignation.

La vraie question n'est pas de savoir si le presque centenaire, qui a survécu à à peu près tout au XXème siècle sans perdre le moral, est légitime pour attirer les violons sur Gaza, ni s'il a raison de parler au nom des anciens de la  Résistance quand il évoque les méfaits de la droite libérale. La vraie question, c'est celle-ci : que peut-il encore, à 93 ans, nous apprendre sur la viabilité de nos propres luttes ?

 

Parce que merde, la formation de la sensibilité et de larévolte, normalement, c'est l'affaire des adolescents. En grandissant, ils créent leurs réseaux, fabriquent leurs artistes, leurs leaders d'opinions, deviennent des trentenaires, et donnent le ferment de leurs propres combats et de leurs propres conformismes. Il y a eu ceux de 68, qui croyaient en des retournements radicaux. Il y a eu ceux de 85, qui croyaient à l'argent et aux paillettes. Ceux de 2000, qui croyaient encore à l'argent, mais aussi à la nécessité de trier ses déchets. Et enfin ceux de 2010, nous. Eux, (nous), n'ont plus grand chose à se mettre sous l'oreiller de la conscience.

 

Si je compare avec 68, la modestie de nos revendications m'effare. Ce que nous réclamons, c'est la reconnaissances de droits censés être déjà acquis, la sécurité sociale, la dignité et autres vieilles obsessions gauchistes Des trucs dont papy Hessel nous rappelle que justement, ils étaient au programme du comité centrale de la Résistance, dont il fut un membre éminent. Eh oui, tout ce fatras usagé, ceux qui ont tenté de l'imposer sont les mêmes idéalistes béats qui ont débarrassé (momentanément) l'Europe du fascisme.

 

Un des reproches que Pierre Assouline, dans son blog La République des livres, fait à Hessel, est de mettre "sur une même ligne morale la situation des sans-papiers, la dérégulation du capitalisme et les crimes du totalitarisme national-socialiste".  Le raisonnement tiendrait la route, si on ne renvoyait pas carrément des sans-papiers dans des pays en guerre, et si les catastrophes écologiques, sociales et humanitaires de ce début de siècle ne l'avaient déjà redu bien digne de son prédécesseur. Le problème, avec la Shoah comme parangon ultime et définitif du mal, c'est qu'on a tendance à faire comme si que plus rien d'autre n'était si grave que ça.

 

HesselCe qui semble gêner aux entournures les messieurs comme il faut qui condamne le vague et les bons sentiments des déclaration d'Hessel semble être la fiction insidieuse mille et mille fois répétée par tous les membres de notre gouvernement actuel, selon laquelle la politique ultralibérale actuellement à l'oeuvre serait au-delà des idéologies. Cette fiction assimile la politique à de la gestion, la réduit à l'économie et a pour conséquence une conception de l'Etat comme une entreprise parmi d'autres. Un entreprise au services d'autres entreprises, et dont la marchandise est, devinez quoi, le peuple.

D'où l'exclusion de l'affect du débat politique : on est entre gens sérieux, voyez-vous.

 

La moue d'Apathie est donc le symptôme d'un aveuglement très répandu, qu'il soit conscient ou non. Prétendre que l'action politique puisse se passer de la sensibilité, c'est fermer la porte à toute réflexion alternative. Ne serait-ce que parce qu'il faut de l'enthousiasme pour entrer dans le conflit. Il ne serait probablement pas venu à l'esprit d'Apathie qu'on ne peut rien attendre d'autre d'une simple décision de gestion que d'apporter des bricolages de surface à une situation économique non seulement critique, mais parfaitement injuste. Ni que la souffrance provoquée chez une majorité de citoyens des pays occidentaux est tout à fait inutile mais parfaitement réformable. Quant à la naïveté supposé de ce genre de manifeste, nous sommes malheureusement à une époque où de simples assertions comme "la guerre" c'est mal", "l'Homme a droit à une certaine dignité", sont loin d'être des évidences.

 

D'où l'intérêt, après une vie de luttes, de répéter ce qui a déjà été dit sur tous les tons. D'ailleurs, Hessel ne prétend aucunement que son combat soit le seul qui vaille. Son propos est d'appeler les lecteurs à une réflexion, qui vaudra et ne vaudra que pour eux-mêmes. En un sens, sa brochure, puisqu'il est un peu exagéré de parler de livre, représente surtout une caution pour tous ceux qui, aujourd'hui, se rendent compte que quelque chose de constitutif des rouages de la politique d'aujourd'hui est déglingué, et qu'on ne réglera pas les problèmes de l'occident par de simples mesures économiques de surfaces. Hessel ne prétend pas un instant que le combat d'aujourd'hui est le sien, mais il suggère que l'esprit de résistance n'a pas à être figé à un moment de l'Histoire, ni par une majuscule, ni par un lyrisme de sous-secrétariat venant à date fixe ampouler des soldats morts qui, connus ou inconnus, n'en ont de toute façon plus l'usage. Car si la notion de pornographie mémorielle a un sens, cela me semble bien être dans la façon qu'ont certains dignitaires d'envoyer de nobles idées tapiner à longueur de discours commémoratifs pour tenter de masquer les intentions d'une politique qui en trahit l'esprit.

 

B.J Stroheim

Repost 0
Published by foutou'art - dans Articles et Brèves
commenter cet article
11 janvier 2011 2 11 /01 /janvier /2011 11:11

 

Suite à l'appel lu sur le site Rebellyon afin de venir soutenir l'expulsion des occupants du gymnase Bellecombe situé au 161 avenue Thiers dans le 6ème arrondissement de Lyon, l'équipe du Foutou'art est venue pointer son pif.


IMG_7911.JPG

La requisition du gymnase Bellecombe fait suite à l'Opération Grand froid débutée au mois de novembre et qui est organisée par l'Armée du Salut, l'association Hotel Social, et Notre Dame des Sans Abris afin de loger les plus démunis pendant la rude période hivernale. Pourtant l'opération ne se déroule pas sans d'énormes contraintes. Chaque semaine les personnes qui y sont logées sont obligées de déménager sans savoir si elle pourront dormir au chaud la nuit suivante.

 

Les populations sont diverses, SDF, Rroms, sans papiers, etc... Il y a à peu près 140 personnes logées, hum hum.... stockées dans ce lieu. En rentrant dans le gymnase, on a l'impression de se retrouver dans un camps de réfugiés. Il n'y a que le strict minimum pour accueillir les sans abris : des lits de camps collés les uns contre les autres, une machine à café, quelques tables, et une petite tente pour les soins d'urgence. La nourriture est fournie par la banque alimentaire.

 

Bien que nous ayons contacté la mairie du 6eme et la préfecture du Rhône nous n'avons pas pu savoir quelle est la motivation de la fermeture du gymnase, ni qui en a pris la décision. L'accueil de la mairie nous a gentillement renvoyé vers madame Denise Robin, adjointe au maire et chargée aux affaires scolaires.... Nous attendons son coup de fil afin d'avoir de plus amples informations. A noter qu'aucun élu n'était présent.

 

 Afin d'être relogés dans le gymnase Gabriel Rosset, qui se situe au 17 avenue du château dans le 7eme arrondissement, les personnes, disons le clairement qui sont dans la merde, doivent téléphoner au 115 afin d'y être inscrites pour pouvoir être sûr d'être relogées dans la soirée. Pourtant il est relativement compliqué de joindre le 115; surtout quand on n'a pas de téléphone portable. De plus, il se dit qu'il n'y aura pas assez de place pour reloger tout le monde. N'oublions pas qu'il y a des enfants... Un des sans abris s'esclaffe "les gens sont dans la merde, on laisse pas les gens dans la merde comme ça !!".

 

Patrick Balkany, secrétaire d'état et grand ami de Nicolas Sarkozy a dit un jour "en France il n'y a pas de pauvre"....

 

IMG 7909bis

 

Romain Sacha Fanny

Repost 0
Published by foutou'art - dans Reportages
commenter cet article
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 14:18

fin du monde-illustre

 

Fin du monde et meilleurs voeux  

 

 

2010, grande année

 

Ce qu'il y a de bien avec la fin du monde c'est que ce truc des retraites c'est pas désagréable comme gymnastique

Ce qu'il y a de bien avec la fin du monde c'est qu'elle a inspiré au moins deux chefs-d'oeuvre en 2010, Kaboom de Gregg Araki et We are faour lions de Chris Morris

Ce qu'il y a de tendre avec la fin du monde, c'est que, oui finalement, tu m'aimeras toujours.

Ce qu'il y a de bien avec la fin du monde c'est que je n'aurai pas voté Strauss-Kahn.

Ce qu'il y a de santé! avec la fin du monde, c'est qu'on est encore bourrés d'hier soir.

Ce qu'il y a de pas dans les urnes ! — avec la fin du monde

C'est qu'on risque moins de tomber de Nicolas en Jean-François

Ce qu'il y a de mien avec la fin du monde, c'est

Que Mrs.  Crise de Foie me confirme que  je peux encore ressentir quelque chose

Ce qu'il y a de wiki avec la fin du monde

C'est que leaks après louches les repères de notre beau monde sont toujours là

Ce qu'il y a de cash avec la fin du monde

C'est que ma banquière est encore en vacances au bout de mon découvert...

Ce qu'il y a de saint avec la fin du monde c'est que les derniers sont déécidément bien eux-mêmes et qu'on a pas été foutus de bricoler un dieu correct pour venir relever les compteurs.

Ah, mon amour...

Ce qu'il y a de kawai,aussi :

On n'a pas été obligés d'apprendre à rédiger Macadam en mandarin

Ce qu'il y a d'écosystème avec la fin du monde, c'est que les rats

Et les cafards ont une structure politique prête pour assurer l'intérim

 

Ce qu'il y a de Liberté égalité avec la fin du monde

C'est que certaint et d'autres

(Certains qui en ont trop et d'autres pas assez)

Auront autant à perdre au bout du compte...

 

Ce qu'il y a de magique et éternel avec la fin du monde

C'est que l'Afrique — Bonne santé, Bolloré ! — aura gardé tout son mystère

 

Gbagbo

Paquebots

Battant pavillon franco

Nabots glaviots fachos...

 

Meilleurs voeux

De deux trois pouilleux de gauchos merdeux !

Repost 0
Published by foutou'art - dans Articles et Brèves
commenter cet article

Evénements

Nous participons à l'exposition Love and Peace, organisée par le mouvement Respublica, à la galerie l'Antre de monde (40, rue Estelle, escalier du Cours Julien, Marseille), jusqu'au 31 janvier.

Le vernissage aura lieu le samedi 10 janvier à partir de 19 h.

 

 

Dernier numéro sorti

 

couvprostitution

  Soutenez nous,

faites nous un don !!

 

paypal.JPG

Les auteurs

Amar-B-jpg

Autoportrait---Besot.jpg

CPDP

 

DUCKlogo

20111027133754tête emma

autoportrait

autoportrait1.jpg