Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

 

Ras le c... des pubs qui pourrissent notre joli blog,

téléchargez Adblok.

stop-pub mxoz30

Sur Facebook

Archives

Les extras du Foutou'Art

foutou-artTV1.jpg

 

foutouartbd

 

BD CRUCIFIX PARTIE3L

 

bd1bis

 

/ / /

Au sujet des Roms en France.

Au sujet de l'identité citoyenne.

 

Le sujet des gens du voyage et de leur statut en France est une problématique importante .
Le sujet est grave parce qu'il pose les premiers jalons d'une réflexion profonde sur notre avenir à nous français et sur la vocation de la République française a être un pays responsable, ouvert et tolérant. Il y a derrière le débat à leur propos un débat profond qui oppose deux catégories de français, deux France qui se sont opposées pendant des années, notamment à partir de 1981, deux conceptions différentes de la citoyenneté . Au lieu de faire gagner ceux qui sont partisans de la violence  et de laisser les partisans d'une plus grande ouverture s'épuiser dans un éternel débat.
nous pensons qu'il faut, bien loin d'être défaitistes prendre notre courage à deux mains et saisir cette opportunité qu'il y a de réconcilier les parties et de donner à la France , les moyens de repartir sur des bases où la Fraternité prime. 
N'est ce pas un des termes de notre devise républicaine ?

 

Il va de soi, ayant fréquenté l'association ARTAG (Association Régionale des Tsiganes et de leurs Amis Gadjé), que tout autant que les autres citoyens français, les Roms mais aussi tous les autres peuples ayant choisi un mode de vie non sédentaire méritent d'être reconnus dans l'identité qui est la leur. 
Cette identité là fait partie des identités multiples qui se pose au même titre qu'une multiplicité d'autres identités aux nombreux français qui vivent sur le territoire français, y travaillent, y ont des activités, des amis, y font des enfants.
Elle participe de ce formidable élan de générosité qui fait la citoyenneté à la française.
Les questions évoquées aujourd'hui nous donnent un e opportunité, celle de préparer en douceur le grand débat sur la citoyenneté française ou utilisons plutôt nos propres termes, l'identité citoyenne que l'on opposera à une "identité nationale" factice et devenue désuète.
Le gros du travail préparatoire à faire pour mettre en place un tel débat qui n'aurait pas d'autre conséquence positive  que de restaurer l'image de marque de l'Etat ainsi que son identité  réside d'abord dans le règlement des conflits entre sédentaires et nomades en ce qui concerne notamment les populations Roms venues de l'est.
Voici notre plan :
1. La République française prend ses responsabilités , elle ne chasse plus personne de son territoire au nom de la solidarité qui règne entre citoyens de l'Europe des futures et des peuples.

2. Elle organise une forme de "péréquation" entre communes et choisit elle même (via les préfets), les communes qui vont compter parmi leurs résidents (pas forcément les communes le plus pauvres) des populations nomades avec des séances de concertation pré et post arrivée des nouveaux venus. 

3. Elle met en place avec l'aide de fonds en provenance de l'Etat et des régions mais aussi de l'Europe à condition que ce soit la France qui commande sur son territoire, des procédures et actions concertées visant à mettre en place à long terme la mixité sociale, celle là même qui est contenue en tant que principe fondamentale depuis 2000 au sein des plan d'aménagement et de développement durable pour chaque commune (PADD).
Mais, la France décentralisée qui joue ici son va tout pour que chaque collectivité territoriale agisse dans le sens d'une France unitaire et dans ce cadre, un appel de nos instances nationales à des associations comme celle des maires de France en faveur de l'identité citoyenne prenait tout son sens 'est pas toute seule, elle  a à sa disposition tout un monde associatif qui ne demande qu'à oeuvrer dans le bon sens, en toute Fraternité, encore une fois.
Une bonne occasion de lancer le processus qui va nous conduire vers une identité citoyenne française d'abord avant d'être, le contexte y étant favorable européenne puis mondiale, de l'évoquer, de préparer d'abord nos maires, qui dirigent les 31590 communes qui sont tout autant notre richesse que le gage d'une mise en valeur du passé pour mieux rebondir sur un futur positif.
Dans ce cadre, il est fait appel à des associations que l'on dotera de subventions spécifiques dans le cadre de missions définies par l'Etat , c'est un pas de plus vers le mécanisme de délégation associative que chez Respublica nous aimerions voir le jour et que nous avons inscrit dans notre projet constitutionnel.
Rappelons le, dans le projet de Constitution Respublica, ce sont les commissions sénatoriales qui accordent le statut d'association faisant partie du réseau délégation associative sur avis du ministre du domaine concerné après discussion au Sénat).
Ces attributions pécuniaires s'inscrivent dans le cadre des réseaux transversaux associatifs qui s'occupent notamment de la santé, de la vie économique et de la citoyenneté.
L'Etat français définit dans ce cadre une nouvelle mission pour les participants au projet Rom : la citoyenneté l'identité citoyenne française, européenne, mondiale, par grand ordre d'idée et sans mettre la charrue avant les boeufs. C'est la seule façon de contribuer à la création d'une véritable identité des peuples de la future Europe des cultures, sans acculturation, juste dans le rappel de notre histoire.
 Un nouvel axe. 
France-Europe-Monde, en toute mixité, en toute reconnaissance. Après tout, les populations nomades d'Europe de l'Est ne sont elles pas le fil doré qui nous promène à travers toute l'Europe ?
Nul part il n'est question d'insertion, juste de reconnaissance. Le terme est devenu trop désuet, péjoratif.

4. L'Etat met en place des zones d'habitation d'un nouveau type  dans la logique de développement durable des SCOT (Schémas de cohérence territoriale) prévu dans les PADD. 
Ces zones sont classée comme des zones d'habitation et sont destinées à la mise en place de lieux de vie et d'habitation (douches, toilettes, salles communes) dans les endroits décidés par l'Etat en concertation avec les élus de la commune , faisant l'objet de contrats entre l'Etat et la commune dans lesquels les préfets en tant que représentants des Etats jouent un rôle 
. Appelons les "contrats d'habitation provisoire et sanitaire", mis en place selon un plan stratégique décidé par l'Etat en concertation avec les maires et les représentants des communautés de commune.


5. Un autre type de contrat voit le jour, c'est le deuxième, ce sont les "contrats de citoyenneté". Ils lient les individus de la communauté des gens du voyage à l'Etat français, c'est à dire à l'ensemble de la collectivité formée d'individus libres et égaux en droit dont ils font partie. Le contrat est également signé par le représentant de la commune et, le cas échéant par le représentant de la communauté de commune concernée elle aussi par ce nouvel enrichissement sur son territoire. 
Chaque contrat comporte un cahier des charges et stipule que chaque partie s'engage à établir des compte-rendus, et à participer à des réunions de concertation régulières locales surtout et parfois nationales.
Dans ce cadre là, les associations chargées de missions spécifiques par l'Etat interviennent et ont pour charge notamment la mise en place d'activités et de projets à long terme ayant pour thème : le tri sélectif, l'écologie, les réseaux de réciprocité, l'insertion dans l'économie locale, par monnaies complémentaires, réseaux de troc, tissu associatif, mise en valeur des productions biologiques, maraîchage, pour autosuffisance alimentaire en milieu local, paniers AMAP, hygiène, santé, scolarité (scolarisation dès trois ans). Elles ont notamment pour mission d'encourager et d'organiser toute activité d'amélioration de la qualité de vie et de la valeur ajoutée positive en coopération avec les populations locales qui sont sédentaires afin d'encourager la mise en place progressive d'une cohésion, bien davantage qu'une simple tolérance entre des populations qui sont par ailleurs toutes appelées à aller voter.


6. Par les contrats signés avec l'Etat et les collectivités locales, les membres des communautés s'engagent à rester au moins cinq ans sur le site choisi et à organiser leurs futurs déplacements et leur réimplantation sur le territoire français dans les même conditions que lors des cinq années précédentes.


7. Dans le cadre de la politique d'attribution du futur Revenu inconditionnel d'existence que nous avons prévu chez Respublica, les personnes résidant sur le territoire depuis cinq ans sont soumises au même règlement que n'importe quel autre citoyen français : choix facultatif et obtention de la nationalité française selon les critères d'attribution que nous avons défini au sein de notre projet constitutionnel : mener une activité sur le territoire français, paticiper à la vie sociale, économique, associative.

8. Toujours dans le cadre de la mise en place du futur RIE et du contrôle plus étroit qui se pose désormais comme nécessaire des entrées et sorties sur le territoire français, il est mis en place dans un deuxième temps, pour les citoyens ou futurs citoyens qui en ont fait le choix des possibilités de regroupement familial. Aucune expulsion ne pouvant, dans le contexte de responsabilisation de la République française vis à vis de son comportement aux  frontières dans le contexte Schengen n'étant acceptable. Elle doit au contraire prendre la responsabilité des nouveaux arrivants qu'elle a laissé entrer tout en limitant la possibilité de nouveaux flux de population trop nombreux. Cette procédure nécessite une concertation supplémentaire entre dirigeants européens où la France doit imposer son choix,  peut être une modification des accords dans le sens d'une prise en charge collective et responsable de la question des peuples non sédentaires par l'ensemble des Etats européens.


9. Le caractère européen de la faculté migratoire et du choix du mode de vie non sédentaire fait l'objet d'une mise en valeur constante au sein de l'Union européenne avec une vraie politique européenne (rencontres, manifestations culturelles) menée dans ce sens, axée vers la reconnaissance et la mise en valeur des cultures ainsi que de la mixité sociale, de la tolérance et de la Fraternité.


Ainsi nous donnons nous les moyens d'une France non pas coupée en deux dans le sens de la longueur mais une, indivisible, prête à s'ouvrir sur le monde et à y participer activement.
Par Noura Mebtouche, présidente du mouvement Respublica

 


Partager cette page

Repost 0
Published by

Evénements

Nous participons à l'exposition Love and Peace, organisée par le mouvement Respublica, à la galerie l'Antre de monde (40, rue Estelle, escalier du Cours Julien, Marseille), jusqu'au 31 janvier.

Le vernissage aura lieu le samedi 10 janvier à partir de 19 h.

 

 

Dernier numéro sorti

 

couvprostitution

  Soutenez nous,

faites nous un don !!

 

paypal.JPG

Les auteurs

Amar-B-jpg

Autoportrait---Besot.jpg

CPDP

 

DUCKlogo

20111027133754tête emma

autoportrait

autoportrait1.jpg