Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

Ras le c... des pubs qui pourrissent notre joli blog,

téléchargez Adblok.

stop-pub mxoz30

Sur Facebook

Archives

Les extras du Foutou'Art

foutou-artTV1.jpg

 

foutouartbd

 

BD CRUCIFIX PARTIE3L

 

bd1bis

 

31 mai 2014 6 31 /05 /mai /2014 13:20

 

Notre poétesse préférée Ann M, qui souhaite à présent être appellée Anne Andrée-Roche, subit des pressions de la part de la municipalité de Grenade sur l'Adour pour avoir créé son journal citoyen non consensuel : Le Tambour.


Le maire de Grenade sur l'Adour (UMP) est allé jusqu'à lui imposer la rédaction de chaque édito afin de maitriser le contenu du journal !!

 

Ces petits barons locaux pensent pouvoir bafouer les règles fondamentales de la Démocratie et de la liberté de la Presse!!

 

Heureusement, notre chère Anne n'a pas l'intention de se laisser malmener par une bande de petits morveux orphelins depuis le départ de papa Copé et maman Sarko pour cause de casseroles en série....

 

Ci-dessous le pamphlet rédigé par Anne.

 

 

Le vilain petit canard

 

 

J’ai eu tort, un grand tort, un si grand tort que certains regrettent de ne m’avoir pas tordu le cou. Je me suis présentée aux élections municipales alors que j’aurais tout aussi bien pu passer mes soirées devant un verre à refaire le monde en chuchotant du mal de ma voisine à l’envieuse poitrine. Au lieu de déclarer ma hargne contre les pisse-froids, j’ai proposé mes humbles services à la république française que je croyais en toute naïveté être une démocratie. Dans notre système, il y a ceux qui cumulent les mandats et ceux qui acclament les seigneurs en place. Ceux-là saupoudrent de quelques largesses la masse bêlante qui en contrepartie fait la basse besogne en toute ignorance de cause ! La peur et la bêtise font faire de grandes prouesses à ces prophètes de philantromperies. Nous perdîmes la bataille pour neuf voix, c’est la loi de la proportionnelle, une moitié de la population est désormais représentée par 18 conseillers et l’autre moitié par 5 conseillers qui n’ont aucune possibilité de défendre leur point de vue. C’est ainsi et nous l’acceptons, c’est sans doute la manière cohérente de gouverner pour le meilleur de la majorité et j’acquiesce pourvu de ne pas être soumise à l’allégeance béate. Au lendemain des élections, l’indifférence aux affaires municipales menaçait d’enterrer pour six ans les échanges un peu vifs de la campagne.

 

J’ai eu tort, un grand tort, un si grand tort que certains regrettent de ne m’avoir pas tordu le cou. J’ai fondé un modeste journal citoyen pendant que la fragile conscience politique des administrés pouvait être encore le terreau à leur éveil civique. Nos élus briguent des places qui leur imposent toujours plus de travail et des responsabilités. Sont-ce des fous, qu’ils nous pressent d’accomplir nos droits à fréquenter les urnes ? Ils cumulent les titres pour combler leurs égos presqu’aussi gonflés que leurs portefeuilles. Je n’envie pas leur calvaire… Ils oublient que leurs électeurs ont le devoir de soutenir leurs représentants et de s’informer sur les décisions prises dans l’intimité de nos hôtels de ville. Cette négligence est préjudiciable à la démocratie car certains seraient tentés de croire que nos représentants agiraient illicitement. Depuis 1884, les séances municipales ou communautaires sont publiques comme celles d’ailleurs du palais Bourbon. Et c’est une découverte pour la majorité de nos concitoyens dont j’ai bousculé les convictions en enregistrant et en transcrivant les paroles tenues lors des conseils. Prolongeant les molles initiations à l’éducation civique de l’école, j’amorce la  transmission de l’information, mon ambition s’arrête là. 

 

J’ai eu tort, un grand tort, un si grand tort que certains regrettent de ne m’avoir pas tordu le cou. Je distribue à la criée le Tambour depuis quelques semaines, depuis l’intronisation du maire sortant. Je reçois de nombreux encouragements, toutes tendances confondues mais une poignée d’habitants importunés par le succès du journal se serait manifestée auprès de notre premier magistrat qui partage l’opinion des plaignants. Mes analyses seraient erronées malgré le soin que j’apporte en vérifiant mes sources émanant d’ailleurs pour la plupart de la municipalité. Je regrette d’ailleurs que malgré mes invitations, les occupants de la mairie ne partagent pas leur connaissance des dossiers qui intéressent les contribuables. Mes interviews avortés transformés en carré blanc, font mauvais genre dans le journal. Par timidité, je me prive de l’aide professionnelle du service communication de notre représentant, c’est une grossière erreur ! Les erreurs sont initiées par la difficulté d’obtenir l’information à sa source. Ce n’est pas faute de s’adresser à l’association des maires et à des organismes habilités qui opposent à l’investigateur un refus sans appel de fournir un renseignement, au conseil général ou à la préfecture dont l’interlocuteur avoue son incompétence. De petites chances en bonne volonté, on aboutit quelquefois à une réponse. Mais l’erreur n’est pas celle qu’on rectifie par honnêteté et modestie d’humain faillible, c’est celle de la curiosité saine du citoyen impliqué dans les affaires communes. Je ne puis pas finir ce paragraphe s’en remercier les élus qui me reçoivent dans la cité qu’ils défendent sincèrement et modestement, confiant au journal leur approche de la fonction qui leur a été confiée. Cette démarche est louable quand on connait les pressions exercée dans ce milieu investi par quelques arrivistes se prenant pour le nombril de leur patelin.

 

J’ai eu tort, un grand tort, un si grand tort que certains regrettent de ne m’avoir pas tordu le cou. Je ne cède pas aux pressions de braves gens préoccupées de mon seul salut. Mes amis me quitteront, c’est la rançon des mauvaises fréquentations. Je suis indépendante et je ne crains pas la solitude et la marche à contre-courant. Je l’ai expérimenté plusieurs fois dans ma vie de saltimbanques et de pâle agitatrice. Mon action est si insignifiante que je préconise les autorités de me laisser amuser les chalands sur le marché du samedi matin. Étrangère que je suis, c’est évident je n’ai aucun sens de la bonne patrie et des qualités essentiels qui donnent tout son sel à la vie. Je suis prête à saborder mon entreprise toute jeune d’éditeur. J’ai osé virer pour harcèlement dans ma vie privée quelques artistes sans talent qui se prennent pour les rois de la plume depuis que j’ai eu la faiblesse de leur donner l’opportunité de s’exprimer. Pour comble, j’en suis fort aise de n’avoir plus à porter ces poids lourds de la connerie nourris de peurs infondées, de superstitions. Je ne ferai décidemment pas fortune mais si vous saviez comme je m’en bats l’œil, sinon je n’aurais pas attendu les rides et l’embonpoint pour me faire un vieil abruti fortuné. Pardonnez ma digression !

 

J’ai eu tort, un grand tort, un si grand tort que certains regrettent de ne m’avoir pas tordu le cou. J’ai dépassé les bornes en donnant un berceau à mon Tambour sous forme d’une association déclarée en préfecture sans l’assentiment de M le Maire. L’union fait la connaissance et l’attaque des adversaires moins aisée. Pour finir, j’ai un heureux événement à vous annoncer. Le Tambour dans le fief d’un autre baron aura sous peu un frère. Et en Confidences, je vous avoue mon amour pour les grandes familles. Alors à qui le tour de fonder, un journal citoyen dans sa ville, je me ferai une joie avec mes malfrats de copains de sonner les cloches en offrant les dragées pourvu qu’il soit respectueux de tous, même des pauvres d’esprit.

 

Anne Andrée-Roche

 

tambour-logo.png

 

Lien du journal citoyen Le Tambour : http://tambour40270.e-monsite.com

 

 

Edito du prochain numéro du Tambour:

 

« Soignez votre conclusion, elle sera le point d’orgue de votre dissertation, martelait mon vieux professeur de philo ! » C’est trop d’honneur, notre maire que de m’avoir accordé cette place de choix dans un conseil municipal où il ne doit pas être évoqué dans les questions diverses comme vous le rappelez, de balançoires endommagées et autres informations anodines ! Je rosirais de confusion si la modestie n’était pas l’apanage des insignifiants. Permettez-moi chers lecteurs, que je débute ce numéro 6 en remerciant notre premier magistrat de sa lecture attentive du Tambour comme l’atteste la page 15 du bulletin municipal qui permet à notre journal d’apporter une rectification de chiffres au tableau paru dans le numéro 2 concernant les indemnités des élus. L’intérêt qu’il porte à notre pâle feuille de chou, encourage sa rédactrice à persévérer avec conviction dans la voie de l’information. Dans mon enfance, le garde-champêtre entre autres missions, passait encore les nouvelles de place en place. Je vous le concède à la fin de sa tournée, il bafouillait. Que voulez-vous, à répandre la bonne parole, il finissait par avoir soif. Mais qu’importe, l’essentiel de la vie municipale était passée. Au début de la démocratie, les décisions se prenaient à main levée sur l’agora, la plèbe certes n’était pas concernée. Aujourd’hui, le quotidien et l’avenir sont décidés dans le cénacle municipal et le peuple se détourne de ses élus qui devraient se réjouir au lieu de s’inquiéter inutilement qu’un mouvement citoyen émerge dans leur ville. Ils devraient saisir l’opportunité de débattre et d’échanger au lieu de se réfugier dans le mutisme. Le silence n’est pas toujours d’or et l’erreur n’est pas la preuve d’intentions fallacieuses mais bien celle de la difficulté d’obtenir une information claire puisée aux sources. Monsieur le Maire, nous savons qu’ils ne sont qu’une poignée à cautionner vos propos agressifs à notre encontre. Désordre et guérilla sur la place de Grenade… Des propos dignes d’une cour de récréation qui font sourire les habitués du marché et des terrasses de café. J’engage les Grenadois stupéfaits par notre démarche à venir s’exprimer librement et sans animosité. Ma main toujours se tendra sans jamais se lever, soyez-en tous assurés.

Citoyennement Vôtre

 

Anne Andrée-Roche



Repost 0
Published by foutou'art - dans Articles et Brèves
commenter cet article
30 mai 2014 5 30 /05 /mai /2014 13:21

 

10345928_860475760634638_6023633044988999693_n.jpg

élections européennes 25% front national victoire fn facho

Fathy

 

Sa page Facebook ( Festival international de l'Estaque ) :https://www.facebook.com/groups/

 

 

Repost 0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 10:54

 

 

20140528171915.jpg

démission Copé surfacturation ump sarkozy débandade

Frep
http://www.crayondenuit.com

 


Repost 0
29 mai 2014 4 29 /05 /mai /2014 10:50

 

Non ! Film d'animation réalisé par Sofyia Voznaya et Willis from Tunis, musique de Farouk Khiari. Petite animation contre toutes les interdictions arbitraires faites aux femmes. La solution : dire NON!

 

 


 

 

 

yakanouveau

 

Repost 0
Published by foutou'art - dans Revue de presse
commenter cet article
28 mai 2014 3 28 /05 /mai /2014 13:11

 

10169221_859947880687426_7809172925934154475_n.jpg

élections européennes front national extrème-droite montée des nationalistes

10363657_859944027354478_6942271689875082074_n.jpg

Jean François Copé pain au chocolat UMP facho

Fathy

 

Sa page Facebook ( Festival international de l'Estaque ) :https://www.facebook.com/groups/

 

 

Repost 0

Evénements

Nous participons à l'exposition Love and Peace, organisée par le mouvement Respublica, à la galerie l'Antre de monde (40, rue Estelle, escalier du Cours Julien, Marseille), jusqu'au 31 janvier.

Le vernissage aura lieu le samedi 10 janvier à partir de 19 h.

 

 

Dernier numéro sorti

 

couvprostitution

  Soutenez nous,

faites nous un don !!

 

paypal.JPG

Les auteurs

Amar-B-jpg

Autoportrait---Besot.jpg

CPDP

 

DUCKlogo

20111027133754tête emma

autoportrait

autoportrait1.jpg