Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

 

Ras le c... des pubs qui pourrissent notre joli blog,

téléchargez Adblok.

stop-pub mxoz30

Sur Facebook

Archives

Les extras du Foutou'Art

foutou-artTV1.jpg

 

foutouartbd

 

BD CRUCIFIX PARTIE3L

 

bd1bis

 

27 août 2013 2 27 /08 /août /2013 16:06

 

canards.jpg

 

TATATATATATALAAAAAAAA...........

 

DUCK

 

 

  Plus de BD, cliquez sur l'image :


foutouartbd

Repost 0
Published by foutou'art - dans BD
commenter cet article
25 août 2013 7 25 /08 /août /2013 16:46

 

 

 

"The eyes scream"

M Trombone

 

Ses sites :


 http://www.flickr.com/photos/min0n/


http://500px.com/m_trombone


Repost 0
Published by foutou'art - dans Photos
commenter cet article
20 août 2013 2 20 /08 /août /2013 13:29

 

Tremblez, le MPR (Mouvement des Précaires à la Rue) est là......!

 

mpr.jpg

 

 

Guignol s'en prend aux fachos !!!

 

pasdefachosdansnosquartiers

DUCK

 

Repost 0
Published by foutou'art - dans Affiches
commenter cet article
19 août 2013 1 19 /08 /août /2013 11:23

Photo piquée sur le site de la CGT Ales

 

L'internationale pâtissière aurait-elle atteint la Tunisie ???

 

Tunisie : Le ministre Mehdi Mabrouk agressé par le cinéaste Nasreddine Shili, le 17 août 2013
Le ministre de la Culture Mehdi Mabrouk a été agressé, hier, par l'acteur et réalisateur Nasreddine Shili. C'était lors de la commémoration du 40e jour du décès de l'artiste Azouz Chennaoui, à la Maison de Culture d'Ibn Khaldoun à Tunis.
"C'est dommage. Voir un réalisateur et intellectuel, qui doit normalement être respecté, se comportant de la sorte en jetant des œufs sur la tête du ministre au moment où il a allait prononcer son discours en hommage au défunt artiste», a déclaré à Kapitalis, Nejib Gaça, responsable au ministère de la Culture". Qui a ajouté que le ministre a eu très mal à la tête et il a été transporté à l'hôpital.
«Plus de peur que de mal. Le ministre, rassuré par les médecins, va bien et il est rentré chez lui», a indiqué M. Gaça.

Pourtant, hier, le 18 août, un comité de soutien a organisé un jet d'oeufs sur le Ministère de la Culture; tous ont été arrêtés....

 

 

Opération «oeufs pourris» contre le ministère de la Culture, 18 août 2013

 

184 jeunes, dont Amina Sbouï de Femen, ont été arrêtés, interrogés puis libérés, dimanche, pour avoir jeté des oeufs sur les murs du ministère de la Culture, à la Kasbah.

En réaction au mandat d'amener émise à l'encontre du réalisateur Nasreddine Shili, accusé d'agression sur le ministre de la Culture, Mehdi Mabrouk, un groupe de jeunes s'est rendu, dimanche matin, pour jeter des œufs sur les murs du ministère de la Culture. Quatre jeunes activistes ont été arrêtés (Sana Chamekh, Amina Sbouï, Maher Froug et Ines Idoudi), interrogés par la police puis relâchés en début d'après-midi.
Une vidéo, partagée dimanche, montre des jeunes en train de lancer des œufs contre le bâtiment du ministère de la Culture, à la Kasbah, à Tunis.
Le ministre de la Culture Mehdi Mabrouk avait reçu, le 16 août, sur la tête, un oeuf lancé par le réalisateur Nasreddine Shili. C'était la Maison de la culture Ibn Khaldoun, lors de la commémoration du 40e jour du décès de l'artiste Azouz Chennaoui. Le ministre a porté plainte et un mandat d'amener a été émis, samedi, par le procureur de la république contre l'agresseur.

                        

 

yaka sticker

 

http://www.yakayaka.org

 

 

 

Repost 0
Published by foutou'art - dans Revue de presse
commenter cet article
13 août 2013 2 13 /08 /août /2013 11:30

 

Il y a quinze jours, notre camarade Sophie Perrin a tenté de differ un tract dans Lyon 2 (campus des quais). Elle a subi pressions et intimidations face auxquels elle a préféré battre en retraite (récit disponible ici). Elle n’est pas la seule en butte à l’administration : certains syndicats et collectifs étudiants ont bien du mal à faire tenir leurs affiches, differ leurs tracts…dans cette université, ces derniers temps. Ceci cependant que les affiches publicitaires et commerciales, elles, y pullulent, semble-t-il en toute impunité.
Comme toute attaque mérite réponse, on a décidé de répondre, parce que se laisser faire à Lyon 2, y’en a plus qu’assez !
Confucius, l'illustre personnage visible au premier plan sur le dessin, nous écrit sur son parchemin : "Si le mandarin dit que tu ne dois pas faire de thèse, tu ne dois pas faire de thèse".
On voit ce que Guignol, l'insolente marionnette, en fait...suivi par son public !





Le 28 juin dernier, c’est avec force citations du règlement intérieur, que notre camarade, Sophie, avait été menacée et mise sous pression, pour une simple diffusion du tract-communiqué de presse qui rendait compte de l’annulation des arrêtés tirannesques qui lui interdisaient tout accès à Lyon 2 depuis 2,5 ans.

 

Après mur examen de ce réglement, la tête froide, il s’est avéré avoir été utilisé de façon totalement abusive à son encontre.
Pis ! On pouvait en réalité s’appuyer dessus pour exiger le respect des droits syndicaux et de certaines libertés étudiantes.

 

Aussitôt dit, aussitôt fait : une affiche à texte, humoristique et signée d’un redouté et mystérieux « syndicat des dangereux éléments extérieurs de Lyon 2 », fut confectionné.

 

Comme le texte tout seul ça peut être chiant, l’affichette a été aussitôt accompagnée d’une deuxième affichette, à dessin, sur le thème « guignol et les mandarins ».

 

Avant de passer à la suite du présent récit, lecteur, lectrice, on te conseille vivement d’aller voir tout ça (eh oui, comme on est sur internet, y’a des liens hypertexte dans le texte). En cliquant sur les deux liens là. Tu ne regretteras pas le détour, promis, juré :

L'affiche à texte

L'affiche imagée sur laquelle tu peux zoomer en gros plan à ton aise

Maintenant que tu as vu le matos, bref, lu notre présentation, passons à l’action.
Sacs poubelle, scotch, affichettes, et, bien sûr, appareil photo et…la carte de visite de l’assistante du président, comportant le numéro de ligne directe ad hoc, soigneusement conservée depuis 2010 par Sophie, en poche, nous voilà paré.e.s.
Viens faire le tour des panneaux, en images, avec les 5 membres, sympathisant.e.s, futur.e.s membres, et associé.e.s, du syndicat des dangereux éléments extérieurs de Lyon 2 qui agirent avec ferveur, gaieté et détermination ce matin-là (on précise que si les visages sur les photos sont floutés, ce n’est point par lâcheté ou parce qu’on aurait des vilaines choses à se reprocher, mais parce qu’on ne prétend pas à une célébrité individuelle, surtout en des temps où les ratonnades fascistes menacent tout.e un.e chacun.e de nous) :





Avant...




"Idéal investisseur ou premier achat"... si si si




...Après.

 




Même l'UNEF est squatté...pub pour l'ID Bus de la SNCF, via un vrai affichage...sauvaaaa­age !




On arrache








Et on redécore autrement...




Avant




Après




Avant




Pendant...




Après








Confucius rencontre Confucius...




Une fois notre sac poubelle bien rempli, nous nous rendons au pied du bâtiment erato, un nom latin comme y’en a tant à Lyon 2 quais. C’est le bâtiment où se trouve la présidence. Et nous joignons, par téléphone, l’assistante du président, afin de lui expliquer la – dramatique - situation :

 

 

« Bonjour Madame l’assistante du président, Sophie Perrin à l’appareil.

Je vous appelle parce qu’on est plusieurs personnes, et on a constaté qu’il y avait un certain nombre d’affiches qui n’avaient pas lieu d’être à l’université selon le règlement intérieur, donc on a fait un petit peu le nettoyage, et on voulait savoir où est-ce qu’il fallait mettre euh…ce qu’on a nettoyé - en l’occurrence des affiches commerciales, publicitaires, etc. Et puis on a aussi un problème et une question, parce qu’on a appliqué le règlement je dirais de manière souple, parce que par exemple il y a des petites annonces pour des colocations d’apparts, des cours de soutien, etc, qui sont, a priori, du commercial et du publicitaire, mais on a estimé que les étudiants en avaient besoin donc on les a laissées en place ».

L’assistante du président, d’abord un peu surprise, propose de descendre dans dix minutes nous rencontrer, accompagnée d’un agent de sécurité.

 

Dix minutes plus tard, voilà qui est chose faite. Autour du sac poubelle grand format bien rempli, il sera dit à l’assistante du président que :

 

« on veut bien discuter des choses qui sont dans le règlement intérieur, mais ces affiches-là (commerciales et publicitaires), n’ont pas été arrachées par l’université.
Voici, par écrit, les motivations de notre action, avec les articles du règlement intérieur ad hoc cités (communication de l’affichette à texte) : on estime que le règlement intérieur doit être appliqué de manière impartiale, c’est à dire que les affiches syndicales, dès lors qu’elles sont signées de syndicats, n’ont pas à être…embêtées…y compris quand il s’agit de cas individuels défendus par ces syndicats (comme par exemple le cas de Sophie), et que par contre effectivement, dans le règlement intérieur, tout ce qui est dit, c’est « les affiches doivent être d’origine syndicale ou culturelle », et « les affiches commerciales ou publicitaires sont strictement interdites »…or, y’en a de partout. »
Le problème spécifique des affiches intéressent directement les étudiants (pour des colocations, des cours de soutien, des bricoles comme ça), qui empiètent fortement sur les panneaux d’affichage syndical et culturel, faute d’espace dédié, et que les gens doivent rechercher dans toute la fac vu leur dispersion de ce fait, sera également posé.
On conclut :

« on espère que la liberté syndicale et étudiante sera respectée dorénavant dans cette université…et dans ce campus plus précisément, parce que c’est bien sur les quais qu’il y a ce problème disons…de mauvaises relations avec certains acteurs de l’université, sur certains tracts de certains syndicats »

L’assistante du président s’engage à faire remonter nos remarques au président, et, sous nos yeux, le sac poubelle bien rempli disparaît, emporté par notre interlocutrice et son accompagnateur en uniforme.

 

Mais on ne va pas s’en tenir là : l’après midi, comme il y a quinze jours, il y a Conseil d’Administration de l’université.

 

On va donc passer aux travaux pratiques, en diffusant, cette fois-ci collectivement, le tract diffé par Sophie seule il y a quinze jours, aux membres du CA.


****Mais avant, entracte pour manger, car il est midi à l'horloge du récit****











Cher lecteur, chère lectrice, c'est l'entracte, ne reste pas scotché.e devant ton écran toute la journée, ni toute la soirée : n'hésite pas à faire une pause café, à sortir t'aérer, discuter avec tes potes...parce que c'est ça, la vraie vie, aussi ;-)
Même si le présent récit est passionnant, et que tu attends la suite...

En particulier, n'hésite pas à lâcher ton facebook de temps en temps pour aller dans la rue et chez tes potes en vrai : c'est subversif ;-)









****Fin de l'entracte, suite du récit de cette journée du 12 juillet****



L’après midi, comme il y a quinze jours, il y a Conseil d’Administration de l’université.

 

On va donc passer aux travaux pratiques, en diffusant, cette fois-ci collectivement, le tract diffé par Sophie seule il y a quinze jours, aux membres du CA.

 

A été ajoutée, au verso, la motion refusée d’examen au CA par la commission permanente du 21 mai (motif du refus : « Sophie Perrin, c’est un cas individuel, ça ne concerne donc pas le CA »).



Respect du droit syndical et associatif dans l’université ? Chiche !

 

On revient donc vers 14h, et on s’installe, précautionneusement, pas trop près de la porte qui mène à la salle du Conseil pour ne pas susciter une parano immédiate.
L’espace est immédiatement occupé par un, puis deux, puis trois vigiles, qui, spontanément, font barrière devant ladite porte…au cas où on soit débiles au point de vouloir envahir un CA en plein mois de juillet, à cinq ?

La parano immédiate come back…

L’un des vigiles finit par nous questionner, un peu nerveux et suspicieux : « vous êtes-là, c’est pour quoi exactement ? »

 

Réponse : « C’est pour distribuer le matériel d’origine syndicale qui n’a pas pu être distribué aux membres du CA il y a quinze jours »

 

On est partis pour une cohabitation de longue durée sur les marches du bâtiment présidentiel, parsemée de personnes venant pour le CA, auxquelles on donne le tract.

 

Durant les longs intermèdes d’attente, chacun des deux groupes discute de son côté. En cette saison de résultats de concours, côté « dangereux éléments extérieurs », on s’informe et on échange sur qui de nos proches a réussi, qui a échoué, son concours. Côté vigiles, c’est à dire agents techniques en majorité non titulaires, les échanges portent sur les réussites ou échecs à des concours également…

Peu à peu, du fait de cette similitude de galères à portée d’oreille, ils se détendent, deviennent moins nerveux dans leur manière de garder l’entrée. Nous finissons par discuter aussi un peu entre les deux groupes, ce qui permet d'éclaircir et ce qui nous oppose réellement, et ce qui nous motive à agir chacun.

C’est dans ce nouveau contexte que survient l’incident, sur fond de vigiles calmes.

Au bout d’environ 20 minutes, un membre du CA sort, l’air peu amène, du bâtiment présidentiel, et vient droit sur Sophie :

 

« Lui - Bonjour

 

Tou.te.s - bonjour.

 

Lui - Je suis le vice-président responsable des campus. [devant le tract : ] Non merci, je l’ai déjà.
Monsieur le président vous demande de tracter devant l’établissement, mais pas dedans l’établissement.

 

Sophie - C’est un tract d’origine syndicale, Monsieur.

 

Lui, nerveux et insistant - Monsieur le président qui a toute autorité dans cet établissement vous demande de tracter devant l’établissement, à l’entrée. Vous ferez tous les recours que vous voudrez, il vous demande d’appliquer ça pour l’instant.

 

Sophie - Excusez-moi monsieur,

 

Lui - Les gens arrivent, de toute façon, par l’entrée,

 

Sophie - Excusez-moi monsieur, le président révise le règlement intérieur comme ça ?

 

Lui - Vous l’interprétez comme vous voulez

 

Sophie - On a le droit de diffuser des tracts d’origine syndicale sur les campus. Ca s’appelle une entrave au droit syndical, ça, monsieur.

 

Lui - Faites les recours que vous voulez.

 

Sophie - Ca s’appelle une entrave au droit syndical.

 

Un autre camarade - les organisations signataires de ce tract prennent tout à fait bonne note de ce que vous avez dit et remercient monsieur le président d’avoir donné son point de vue personnel. On prend bonne note de son point de vue personnel. Voilà. Mais on a aussi le nôtre.

 

Lui - Donc vous refusez ?

 

Sophie - Nous appliquons le règlement intérieur.

 

Lui, s’en allant - Très bien…

(puis se ravisant) Ceci dit, je ne veux pas faire dans le formalisme, mais un extrait – j’ai le droit d’en avoir un puisque je suis membre du CA – un extrait de communiqué de presse, ce n’est pas vraiment un document syndical.

Sophie, montrant les trois syndicats signataires - alors…

 

Lui, d’un ton sec - C’est mon point de vue aussi, madame. D’ACCORD ?

 

Sophie - Je vous donne le mien dans ce cas-là, monsieur.

 

Lui - Vous ne respectez pas le président !

 

Sophie - Nous respectons le président mais nous sommes aussi là pour demander à être respectés en tant que syndicalistes étudiants monsieur. Ou syndicalistes salariés d’ailleurs. »

 

Le vice-président responsable des campus s’éclipse, mais ce n’est que provisoire : dix minutes plus tard, il revient. A la charge, sortant de nouveau du bâtiment :

 

« Lui - Madame Perrin, c’est vous-même ?

 

Sophie - Oui.

 

Lui - Alors vous par contre, vous n’avez rien à faire sur le campus.

 

Sophie - Pourquoi ?

 

Lui - Ben, sauf si vous êtes étudiante.

 

Sophie - Le règlement intérieur, c’est que le campus est ouvert aux usagers.

 

Lui - Oui. (Puis, d’un ton sec ) Et comment définit-on les usagers de l’établissement ?

 

Sophie - Je vais vous montrer ma carte, monsieur. »



Sophie sort sa carte d’abonnée à la bibliothèque universitaire de Lyon 2, refaite depuis qu’elle peut de nouveau mettre les pieds dans Lyon 2.



« Lui – Ca, ce n’est pas…une carte d’étudiant euh…de Lyon 2.

 

Sophie - Je suis usagère de l’université : je suis abonnée à la bibliothèque.

 

Lui - Ben vous pouvez aller à la bibliothèque, si on vous donne le droit d’accès, mais ça n’est pas la carte d’étudiant…

 

Sophie - Les personnes qui sont…

 

Lui, d’un ton extrêmement agressif, explosif, d’un coup - CA N’EST PAS LA CARTE D’ETUDIANT DE LYON 2

 

Sophie, gardant son calme - Ne criez pas, monsieur.

 

Lui - DONC, ne me dites pas que c’est la carte d’étudiant de Lyon 2.

 

Sophie - Ne me criez pas dessus monsieur, je suis usagère,

 

Lui - OK, donc vous violez l’article 2 du règlement intérieur, je prends acte, ensuite, vous surinterprétez « avis et communiqués d’origine syndicale »,

 

Sophie - Vous sous-interprétez, monsieur. Je ne vais pas m’énerver, je vais vous laisser crier tout seul.

 

Lui, d’un ton redevenant normal - non, c’est, je ne crie pas. Vous êtes en train de dire une énormité, vous vous réclamez d’un règlement intérieur que vous piétinez.

 

Sophie - Je n’ai pas la sensation de le piétiner.

 

Lui - Maintenant, autre chose. Les membres du Conseil d’Administration ont le droit de rentrer sans prendre votre tract.

 

Sophie - Ah ? On les oblige pas !

 

Lui - Quelqu’un vient de me dire le contraire.

 

Sophie - On ne vous a pas obligé…

 

Lui - On m’a dit le contraire. Donc effectivement (montrant le vigile le plus proche), il y a un agent ici, qui fera respecter que vous devez laisser passer les gens même s’ils ne veulent pas votre tract.

 

Sophie - Ah, mais on ne force personne.

 

Lui - On est bien d’accord.

 

Sophie - On ne force personne, mais on n’aime pas qu’on nous force non plus monsieur,

 

Lui - …et ça se retournera contre vous, c’est que vous vous réclamez d’un règlement intérieur que vous piétinez.

 

Un autre camarade - La cour d’appel administrative n’est pas de votre avis.

 

Lui - Vous ne pouvez pas vous réclamer de tout et de n’importe quoi de la Cour d’Appel. 

 

(Ca repart en échanges où il y a simple opposition répétitive, sur des choses déjà dites)

 

Sophie - Bon, je pense que, on a échangé nos points de vue, ça va tourner en rond si on continue monsieur. On a pris note, vous avez pris note, on va fonctionner ensemble même si on n’est pas candidats à le faire, et voilà. »

 

 

Le vice-président responsable des campus s’éclipse, cette fois-ci définitivement pour l’après-midi, et la diffusion de tracts peut se terminer sans autres problèmes, les vigiles étant restés, en arrière fond, tranquillement accoudés sur la porte qu’ils gardaient…



Au final, le bilan de cette journée d’action est positif : ça nous a bien plu, on a bien rigolé en faisant l’action du matin, et hormis l’incident avec le vice-président responsable des campus, l’après-midi s’est bien passé, même les relations avec les réputés terribles vigiles des quais semblent être en voie de normalisation. Peu avant notre départ, d’ailleurs, ces derniers, de nerveux et crispés sur la porte au tout début, sont devenus carrément bon enfant, s’amusant humoristiquement à barrer le passage à leurs propres collègues en guise de bonjour…déformation (et réaffirmation) professionnelle oblige. Et nous ont même affirmé, d’un ton pas sérieux du tout, suite au passage d’un futur étudiant égaré à Lyon avec un T-Shirt de l’OM : « ah, mais si vous souteniez Saint-Etienne, même pas vous pourriez diffuser des tracts ici ! ».

 

Lorsqu’on s’en va, aucun des deux groupes n’a oublié, pour autant, qu’on peut être en opposition, et qu’on le sera d’ailleurs certainement dans le futur. Mais sans la parano…



On peut remarquer que cette action collective est la première dans Lyon 2 qui a pour point de départ la situation faite à Sophie Perrin. On peut s’étonner qu’il n’y ait rien eu de fait ainsi plus tôt, alors que ça fait depuis 2010 que cette situation, qui constitue un grave précédent qui pèse sur tou.te.s, dure. On peut aussi se dire qu’il y a un territoire militant à reconquérir, et que cette action n’était que la première pierre de cette reconquête.

 

Parce qu’on peut faire autre chose, dans Lyon 2, que juste regarder des films avec nos profs tout en subissant exploitation, précarité et arbitraire mandarinal y compris parfois de leur part à eux, on vous invite donc à venir discuter de la suite à la rentrée. Suite qui concerne, non un unique cas particulier, mais tous les cas particuliers qui peuvent, à terme, former ensemble une lutte collective dans ce lieu.

 

On vous propose de réserver pour discuter autour de tout cela le soir du 16 septembre, dont on vous reparlera avec plus de précisions, peu avant la rentrée.



Et, en attendant, on vous laisse avec le plus dangereux membre du syndicat des dangereux éléments extérieurs de Lyon 2 : c’est une fiction, elle n’existe même pas, c’est un être purement imaginaire. Pourtant, on dirait que c’est elle qui fait le plus peur aux mandarins rien que quand ils la voient en photo…



A bientôt,



Le syndicat des dangereux éléments extérieurs de Lyon 2 (réseau d’étudiant.e.s et ancien.ne.s étudiant.e.s de Lyon 2, ainsi baptisé sous la présidence Tiran, en 2010-2011, et se caractérisant avant tout par leur participation opiniâtre aux luttes contre le CPE, contre la LRU, pour la défense du service public universitaire, et contre l’élitisme à deux balles qui pourrit l'ambiance d'aujourd'hui)

 

 

Et leur redoutée mascotte imaginaire :

Repost 0
Published by foutou'art - dans Reportages
commenter cet article

Evénements

Nous participons à l'exposition Love and Peace, organisée par le mouvement Respublica, à la galerie l'Antre de monde (40, rue Estelle, escalier du Cours Julien, Marseille), jusqu'au 31 janvier.

Le vernissage aura lieu le samedi 10 janvier à partir de 19 h.

 

 

Dernier numéro sorti

 

couvprostitution

  Soutenez nous,

faites nous un don !!

 

paypal.JPG

Les auteurs

Amar-B-jpg

Autoportrait---Besot.jpg

CPDP

 

DUCKlogo

20111027133754tête emma

autoportrait

autoportrait1.jpg